Communauté de communes de la ria d'etel, en partenariat avec le syndicat mixte de la ria d’etel

> Retour à l'annuaire

Structure

Nom
Communauté de Communes de la Ria d'Etel, en partenariat avec le Syndicat Mixte de la Ria d’Etel
Type de structure
Acteur-public
Secteur d'activité
Description de l'activité
Nombre de salariés
Bénévoles
Population
12464

Coordonnées

Nom du référent
Izard
Prénom
Charlotte
Fonction
Chargée de mission natura2000
Adresse
20 route des quatre chemins
Code postal
56550
Ville
Belz
Téléphone
0297552448
E-mail
natura2000@ria-etel.com

Action

Intitulé de l'action
Reconquête du site naturel du Bignac : faire d'une contrainte réglementaire un atout de valorisation du territoire
Description de l'action
Dans le cadre d'un projet d'aménagement, la Communauté de communes de la Ria d'Etel a obtenu une autorisation préfectorale de déplacement d'une espèce protégée qui prévoyait, en contrepartie, la mise en oeuvre de mesures compensatoires dédiées à des actions de « maintien de la diversité biologique et pédagogie de l'environnement ». La collectivité a ainsi ouvert une ligne budgétaire de 10 000€ par an pendant 5 afin de réaliser ces opérations. Un programme pluriannuel de restauration des milieux naturels du site du Bignac, à Belz a été mis en œuvre. Travaux de débroussaillage avec un chantier d’insertion ; inventaires de la faune et de la flore avec les bénévoles de Bretagne Vivante et le Conservatoire Botanique ; échange sur la protection et la valorisation des 2 dolmens classés présents sur le site avec les services de la culture, etc : l’opération s’est rapidement muée en une démarche multi-partenariale de valorisation du territoire. La dynamique locale qu’a suscitée ce projet a permis de mettre en évidence les multiples enjeux, écologiques, historiques et pédagogiques, du site. Grâce aux efforts impulsés par la Communauté de communes de la Ria d'Etel, le projet a été intégré dans des programmes beaucoup plus larges contribuant à pérenniser les moyens, financiers et humains, mis en œuvre à partir de 2010. Le site du Bignac, délaissé à la suite de l’abandon des pratiques agricoles et d’un incendie qui l’avait ravagé en 2003, est maintenant reconnu pour ces richesses et inscrit dans le schéma Départemental des Espaces Naturels Sensibles du Département comme site prioritaire, dans le Plan National d’Actions pour l’Eryngium viviparum, dans la Stratégie de Création d’Aires Protégées (SCAP), et inclus à la réflexion sur le projet de candidature au Patrimoine Mondial de l’UNESCO au titre de ses deux dolmens classés.
> Retour à l'annuaire